Retour sur les corrections majeures apportées par le New York Times à sa couverture problématique de l’affaire “Ligue du LOL” en 2019, et les questions qu’elles posent sur la ligne adoptée par les médias français.

Le 12 février 2019, le New York Times emboitait le pas à l’hystérie collective de la presse française et publiait un article -en ligne et sur papier- consacré à l’affaire de “la Ligue du LOL”. Recyclant des accusations hâtives publiées sur Twitter et relayées illico par les médias français, ce papier s’intitulait “Facebook Group of French Journalists Harassed Women for Years” (“Un groupe Facebook de journalistes français a harcelé des femmes pendant des années”). En illustration, le quotidien avait opté pour une photo de manifestation parisienne pour la journée internationale des droits des femmes.


(article initialement publié sur feu Virus-survi.fr le 24 avril 2020).

Il y a près d’un mois, je signais ici même une petite bafouille dans laquelle j’imaginais, certes sans grande originalité, à quoi pourrait ressembler les “méchants” dans les inévitables futures fictions inspirées par la crise en cours depuis des mois (oui, des “mois”, ça fait bizarre de l’écrire, j’avais d’abord tapé des “semaines”, mais il faut croire que le temps passe étrangement assez vite quand on n’en branle pas une). …


[Préambule] Lors du premier confinement, au printemps 2020, j’ai participé à l’aventure SURVI. Derrière cet anagramme de “virus”, on trouve un webzine collectif, bordélique et généreux lancé par un camarade nantais, l’auteur Sylvain Chantal — je vous conseille son livre Turco, tout comme son prochain bébé Fièvre de cheval qui sortira en mai. Ou plutôt on trouvait puisque le site, http://virus-survi.fr/, est désormais hors ligne, plus ou moins volontairement. L’hébergement n’a pas été payé pour une année supplémentaire, ce qui va très bien à Sylvain (“c’était une performance éphémère et, comme tout performance, elle n’avait pas vocation à s’inscrire dans…


Tribunal Judiciaire de Paris (CC BY-SA 4.0 Chabe01)

Depuis février 2019, Mme Léa Lejeune, journaliste au magazine Challenges et présidente de l’association Prenons La Une, est intervenue à de nombreuses reprises dans des médias français et étrangers pour se plaindre de l’activité d’un groupe Facebook privé nommé “la Ligue du LOL”. Aucun contenu de ce groupe désormais fermé, auquel j’ai contribué durant plusieurs années ainsi qu’une quarantaine d’hommes et de femmes, n’a jamais été rendu public.

Parmi ses multiples interventions dans la presse, Mme Lejeune m’a explicitement désigné dans un témoignage publié sans contradiction par Slate.fr au sujet du cyberharcèlement qu’elle aurait subi par la faute de “la…


“Une bande d’individus odieux communiant dans le sarcasme et l’insulte, s’adonnant aux photomontages et canulars humiliants et harcelant leurs têtes de turc, des années durant, dans l’impunité totale que garantit l’anonymat des réseaux sociaux. Voilà ce qu’est la Ligue du LOL.” — Mi-février, le site Causeur.fr bien aimé des réacs régurgitait sans distance le storytelling mensonger concocté quelques jours plus tôt par un terrifiant cocktail d’incompétence journalistique et de témoignages malveillants.

Début octobre, alors que la poussière est retombée et que la raison commence à remplacer l’émotion, voilà comment Elisabeth Lévy, directrice de la rédaction de Causeur, évoque l’affaire dans…


Un énième article sur l’affaire de la Ligue du LOL a été publié la semaine dernière, et une fois n’est pas coutume, c’est plutôt une bonne nouvelle. Car même s’il élude de nombreux points importants, fait fi du conditionnel pourtant de rigueur lorsque des allégations ne sont pas avérées et me décrit comme l’amer rancunier que je suis sûrement hélas devenu, il s’agit du premier article sur l’affaire, en plus de sept mois, à être plutôt “mesuré”- comprendre, à proposer du contradictoire. Et ce ne sera pas le dernier. Surtout, l’article en question n’a pas été publié sur Medium ou…


Quelques nouvelles et observations motivées par l’actualité avant une trêve estivale.

Fin juin était publié sur Medium un article intitulé Ligue du LOL : la fabrique des 30 salauds. Présenté comme l’oeuvre d’un «journaliste dans une rédaction parisienne (…) présent sur le Twitter de 2010», le texte revient, à son tour, sur le traitement médiatique à charge et absurde de l’affaire dite de la Ligue du LOL, vaste fumisterie qui m’a valu -comme à d’autres- accusations mensongères, insultes, menaces, opprobre internationale puis licenciement.

Je ne sais pas qui est derrière cet article, et je ne partage pas l’intégralité des points…


Le témoignage d’une journaliste-militante publié en février sur Slate.fr, qui m’accusait nommément et à tort de «harcèlement», a été mis à jour et expurgé de mon nom. La réplique de l’accusatrice, sur le terrain de la com’ et du coup de pression judiciaire via l’association qu’elle préside (Prenons la une), n’a pas tardé.

Lundi 20 mai 2019, l’association Prenons la une a publié un communiqué dans lequel elle annonce avoir adressé «un signalement au procureur de la République concernant les agissements attribués dans plusieurs articles de presse à la “Ligue du LOL” (…)». La partie la plus significative du communiqué…


Nourries par un grave manque de rigueur doublé d’une inculture politique, les accusations mensongères d’un article de Tetu.com, à base de quiproquo absurde et d’extrapolations diffamatoires, ont eu des conséquences dévastatrices. Retour sur un cas d’école.

J’ai beau avoir beaucoup de temps libre depuis plus de trois mois, je n’en aurai jamais assez pour recenser toutes les incohérences, contre-vérités et interprétations douteuses publiées autour de l’affaire dite de la Ligue du LOL. La tâche serait trop immense, trop déprimante.

En revanche, il est tout de même un article que je n’épargnerai pas, tant il a eu des conséquences désastreuses (et…


[Mise à jour, 27/05/2019 : Initialement, l’article ci-dessous compilait les tweets d’un thread publié sur Twitter le 09/05/2019. Compte tenu du nombre de mises à jour et de précisions apportées depuis, voici une version relativement différente. Le thread original, bien que raté à mes yeux, est toujours en ligne sur Twitter.]

Jusqu’au mardi 7 mai 2019, j’étais encore salarié de Libération.

Alexandre Hervaud

Rédacteur par-ci, par-là. En recherche de missions/contrats. Lisible et joignable via Twitter (@AlexHervaud)

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store